La République centrafricaine a frappé fort depuis qu’elle a adopté le bitcoin

Dernière mise à jour: 4 juillet 2022

La République centrafricaine (RCA) a fait parler d’elle l’année dernière pour avoir accepté le bitcoin comme monnaie légale. Cependant, ce développement a été critiqué après que le président du pays a annoncé le projet Sango. Ce que cela implique et pourquoi ce serait une mauvaise chose sont expliqués dans cet article.

La pièce de monnaie Sango

Le président de la RCA, Faustin-Archange Touadéra, a fait cette annonce lors de l'”Événement Sango Genesis”, où le président a également annoncé sa propre pièce. Cette pièce Sango est une altcoin qui ne semble pas avoir beaucoup d’utilité, car elle est déjà difficile à googler. À quoi sert-elle ?

Le projet Sango semble être un mélange de “faire de l’argent rapidement” et de mauvaises idées. Le pays a récemment adopté le bitcoin comme monnaie légale, alors pourquoi avoir besoin d’une autre monnaie ? Le président le sait ; le projet Sango est un projet de métavers d’une véritable “île cryptographique”. Ici, tu pourrais payer avec cette monnaie.

Le métaverse Sango et la tokenisation des marchandises

Ce projet a été décrit comme “l’initiative du métaverse cryptographique de Sango”. Mais l’objectif est aussi vague que possible : tout, partout, d’un seul coup. Le président promet que ce projet sera “le seul metaverse soutenu par la réalité”. Ce sera à la fois un projet de métaverse et un lieu réel. Mais que sont censés faire les habitants de la RCA – dont seulement 4 à 10 % ont accès à Internet – avec ce projet ?

Jusqu’à présent, Sango soulève plus de questions que de réponses, et le président du pays veut essayer de tokeniser (faire des pièces de monnaie à partir de produits) non seulement une législation cryptographique claire – pour autant que cela soit encore possible avec autant d’idées – mais aussi des matières premières. Après tout, la RCA regorge de matières premières telles que le fer, le cuivre, le coltan, le lithium, le cobalt et autres. C’est pourquoi Touadéra pense qu’il est logique de mettre ces matières premières sur la blockchain via des jetons.

Pourquoi?

Toutes ces idées font donc partie du projet Sango, mais pourquoi le pays veut-il cela ? Le bitcoin a déjà cours légal là-bas. On dirait qu’ils sont au début d’une dépendance à la blockchain après avoir été sous les feux de la rampe si souvent. Après tout, pourquoi as-tu besoin de ces projets dans l’un des pays les plus pauvres du monde ?

“Avec le bitcoin comme monnaie légale &amp ; inspiration, notre pays ouvre un nouveau chapitre dans son voyage inspirant vers un avenir meilleur grâce à la technologie blockchain,” a tweeté le Président Faustin-Archange Touadéra.

“L’or a été le moteur de notre civilisation pendant des siècles ! Dans cette nouvelle ère, l’or numérique fera de même pour l’avenir ! Le projet Sango est la fondation sur laquelle nous allons construire, ensemble, comme un seul homme !”

Ce projet peut-il réussir ?

Peut-être que CAR et son président ont une très bonne raison de lancer ce Projet Sango. Dans ce cas, l’auteur de cet article devrait faire de meilleures recherches.

Peut-être que quelques fanatiques du NFT et du metaverse vont stimuler le tourisme du pays, mais cela semble peu probable. En effet, il est fortement déconseillé de voyager dans le pays en raison des “crimes violents”.

Si le projet s’avère être une réussite, l’auteur reviendra et te tiendra au courant des dernières nouvelles, positives dans ce cas.

Author

  • Steven Gray is a journalist with a heart for crypto. He filters the wide range of news and ensures that it reaches the public in a comprehensible way. He often does this with the support of technical analysis.

error: Alert: Content is protected !!