Les États membres de l’UE mettent en place des limites différentes pour l’argent liquide et les crypto-monnaies

Dernière mise à jour: 12 décembre 2022

Les États membres de l’Union européenne ont élaboré des lignes directrices visant à restreindre l’accès aux espèces et aux crypto-monnaies. L’idée est notamment de “limiter l’accès des criminels”, mais les nouvelles règles auront un impact sur toute personne utilisant des crypto-monnaies ou des espèces physiques.

Les limites des flux d’argent liquide

Remarque : ce n’est pas nouveau et ces réglementations sont évoquées depuis longtemps. Mais de temps en temps, des nouvelles sortent des États membres, ce qui, là encore, la rend encore plus pertinente. D’autant plus qu’elle concerne donc aussi les crypto-monnaies.

Il a été convenu de limiter les transferts d’argent anonymes à un maximum de 10 000 €. Cependant, chaque pays a la possibilité d’abaisser encore plus cette limite.

On sait que les autorités fiscales espagnoles en feront usage. Elles ont mis en place la limite la plus basse pour l’utilisation d’espèces, à savoir une limite supérieure de 1 000 €. La Banque centrale européenne craint que cela ait un impact sur le rôle de l’euro en tant que “monnaie légale”.

En Allemagne, il y a actuellement un désaccord sur le montant exact et sur la question de savoir s’il doit être inférieur à 10 000 €. En Italie, la limite a été portée de 1 000 à 5 000 euros depuis l’arrivée du nouveau Premier ministre le mois dernier.

Le gouvernement italien souhaite également mettre en œuvre des mesures qui permettront aux détaillants d’interdire les paiements par carte de débit inférieurs à 60 €. Actuellement, la limite est de 30 €. “La seule monnaie légale en Italie est constituée de billets de banque en papier émis par la Banque centrale européenne. La monnaie électronique n’a pas cours légal”, a déclaré le Premier ministre italien Meloni devant le Parlement italien.

Le gouvernement néerlandais veut commencer à interdire les paiements en espèces supérieurs à 3 000 €, a indiqué le ministre Kaag au ministre de la justice et de la sécurité Yesilgoz en octobre. Cette mesure n’est réalisable que si le personnel disponible est suffisant.

Toutefois, elle ne concerne pas seulement l’argent liquide, mais les crypto-monnaies sont également couvertes par la nouvelle réglementation. Elle prévoit également de renforcer la surveillance d’autres secteurs, tels que les bijoux et l’or.

Monnaie cryptée

Selon le ministre tchèque des Finances, Zbynek Stanjur :

“Les paiements en espèces de plus de 10 000 euros seront impossibles. Rester anonyme lors de l’achat ou de la vente de crypto actifs sera beaucoup plus difficile. Se cacher derrière différentes couches de propriété d’entreprise ne fonctionnera plus. Il deviendra encore plus difficile de blanchir de l’argent avec des bijoux ou de l’or.”

L’organisation souhaite également mettre en place une nouvelle méthode de classification des pays en fonction de leur conformité aux recommandations du Groupe d’action financière (GAFI). Il y aura une liste de pays noirs et une liste de pays blancs.

Stanjur mentionne donc également que les crypto-monnaies feront partie de cette réglementation. Les fournisseurs de services d’actifs virtuels (VASP) de l’Union européenne doivent faire preuve de diligence raisonnable pour les transactions en crypto-monnaies supérieures à 1 000 euros.

On ne sait pas comment cela sera appliqué aux paiements de pair à pair.

Author

  • I first came into contact with Bitcoin in 2017 - and since then, the topic of cryptocurrencies has never left me. For this reason, I have also made BTC & Co. part of my profession and write as a freelance author for crypto publications.

error: Alert: Content is protected !!