Pourquoi le 15 septembre sera un jour important pour Ethereum

Dernière mise à jour: 14 août 2022

Vitalik Buterin, le fondateur d’Ethereum, a déclaré que le 15 septembre, Ethereum recevra enfin sa mise à jour tant attendue. C’est quatre jours plus tôt que prévu. Le moment de la mise à jour dépend du taux de hashage, mais tout pointe vers le 15 septembre.

La date cible d’Ethereum dépend du taux de hachage

.
Comment fonctionne le hashrate d’Ethereum ? Heureusement, Buterin l’explique lui-même sur Twitter. Il donne à ses 4,1 millions de followers Twitter un aperçu technique détaillé de la puissance de calcul nécessaire pour compléter le dernier bloc sur Ethereum avant la Fusion.

Buterin prévoit que La Fusion sera exécutée le 15 septembre, en fonction du hashrate.

“La difficulté totale du terminal est fixée à 58750000000000000000000. Cela signifie que le réseau Ethereum PoW a maintenant un nombre (à peu près) fixe de hashs à miner.”

TTD indique la fin de la proof-of-work sur Ethereum

Ce long chiffre est la difficulté terminale totale (TTD) et indique la fin de la preuve de travail et le moment où la preuve d’enjeu commence. Le TTD est la difficulté totale requise pour que le dernier bloc soit miné avant la transition vers l’exécution de la Fusion.

Le taux de hachage mesure la puissance de traitement du réseau Ethereum. Les blocs sont “hachés” et ajoutés à la blockchain ETH tandis que les mineurs résolvent des énigmes mathématiques complexes (deviner un nombre) pour confirmer les transactions. Le hashrate indique le nombre de fois par seconde où le réseau peut tenter de deviner le nombre. Un hashrate plus élevé signifie un réseau plus sûr contre d’éventuels attaquants.

Première bifurcation de Bellatrix sur Ethereum

Avant que The Merge puisse être achevé, il faut exécuter le fork Bellatrix, qui met en œuvre le logiciel dont les clients ont besoin pour exécuter la couche de consensus. Cette opération est prévue pour le 6 septembre, soit environ 10 jours avant la mise à niveau majeure.

Donc pour l’instant, Ethereum, comme Bitcoin, utilise la preuve de travail. Les mineurs sont en compétition les uns avec les autres pour trouver un nombre le plus rapidement possible afin de gagner de la crypto. Ce modèle encourage les mineurs à utiliser des machines de plus en plus performantes. Au lieu d’espérer un matériel plus efficace et des énergies renouvelables, Ethereum change complètement la donne en passant à la preuve d’enjeu.

Cela rend les mineurs et leur matériel redondants, et nécessite beaucoup moins d’énergie. Bonne nouvelle pour le monde, mauvaise nouvelle pour les mineurs.

Minimum 32 ethers

Au lieu de cela, tous les utilisateurs disposant d’une connexion Internet, d’un appareil avec un processeur suffisant et de 32 éthers peuvent devenir un nœud et sécuriser le réseau. Selon Ethereum, le pouvoir passe des mineurs aux utilisateurs qui veulent soutenir le réseau plutôt qu’à ceux qui recherchent un gain financier.

Il n’est plus nécessaire d’utiliser de gros et coûteux mineurs pour la preuve d’enjeu, et Ethereum s’attend donc à ce que la consommation d’énergie et l’empreinte carbone soient considérablement réduites. Au lieu de cela, les nœuds utilisent leur éther comme garantie pour traiter les transactions. La garantie doit être d’au moins 32 ETH, mais ils reçoivent une récompense pour cela.

Les utilisateurs qui n’ont pas 32 ETH peuvent placer leur éther dans un pool pour valider collectivement les transactions et gagner des récompenses, dans un processus appelé strike.

Ethereum impose des pénalités coûteuses

Nous venons de parler des récompenses pour la validation des transactions. La récompense et la garantie peuvent être retirées par le réseau si l’utilisateur a un comportement malveillant. Certains éléments sont également repris de la preuve de travail, comme la possibilité d’effectuer une attaque à 51 %. Pour ce faire, une partie malveillante doit vérifier un nombre extrêmement important d’éthers, et si l’attaque échoue, l’attaquant a perdu tout son éther.

Une autre raison importante de ce changement est que le réseau Ethereum devient tout simplement trop cher pour les utilisateurs normaux. Pendant le bull run de 2021, les coûts de transaction sont montés en flèche et seul un nombre limité de transactions peut être effectué par seconde. L’objectif est d’augmenter ce nombre à 1 000 par seconde et même, à l’avenir, d’être prêt pour 100 000 transactions par seconde.

Ces 100 000 transactions par seconde peuvent être réalisées grâce au sharding : diviser une blockchain horizontalement pour obtenir un temps de traitement plus rapide. Ce sera le prochain grand projet après la mise en œuvre de The Merge.

Author

  • Florian Feidenfelder is a technical analyst with many years trading experience in the stock exchange and crypto markets. He has broad experience in forex trading, coaching, and funds management.

error: Alert: Content is protected !!