Un projet de loi devrait permettre d’attraper les blanchisseurs d’argent en bitcoins en Argentine

Dernière mise à jour: 11 janvier 2023

Un nouveau projet de loi en Argentine devrait permettre de commencer à traquer les blanchisseurs d’argent. Le ministre des finances, Sergio Massa, souhaite que les gens déclarent où ils stockent leurs bitcoins.

Les nouvelles règles devraient donc permettre aux autorités de traquer plus facilement les blanchisseurs d’argent. La déclaration est un document détaillant l’endroit exact où se trouve votre bitcoin. Une demande distincte, car on peut se demander si les blanchisseurs d’argent font alors cela proprement. Quoi qu’il en soit, ils espèrent ainsi attraper plus d’impôts.

Les Argentins qui renoncent “volontairement” à leurs avoirs ne paient que 2,5 % d’impôt sur les bénéfices pour leurs avoirs en bitcoins. Cela s’applique aux personnes qui le font dans les 90 jours précédant l’entrée en vigueur de la loi. Le taux passe ensuite à 15 % ( !) d’impôt sur les bénéfices. C’est la norme dans le pays, mais elle ne s’appliquait pas encore aux avoirs en crypto-monnaies.

Aux Pays-Bas, vous êtes également tenu de payer des impôts sur vos bitcoins. À quelles règles devez-vous vous conformer ? Pour la plupart des gens, leurs bitcoins – et leurs crypto-actifs – entrent dans la case 3. Au-delà de certaines limites, vous devez alors en reverser un pourcentage à votre tour. Chaque pays a ses propres règles fiscales autour de l’utilisation des BTC.

L’Argentine est le pays qui a contracté le plus gros prêt auprès du Fonds monétaire international (FMI), un crédit de 50 milliards de dollars. En plus d’être le champion du monde de football, le pays connaît également de nombreux problèmes financiers. Ce n’est pas pour rien que des politiciens y apparaissent également, utilisant le système monétaire comme plateforme de campagne.

Un exemple est Javier Gerardo Milei. Actuellement actif en tant que politicien de Buenos Aires. Milei se qualifie lui-même d'”anarcho-capitaliste” et il voudrait changer la façon dont l’Argentine gère l’argent.

Dans une interview, on a demandé à Milei s’il pensait qu’il était possible de discuter du bitcoin comme moyen de paiement en Argentine. Il a répondu avec humour :

“Le problème central que les gens doivent d’abord comprendre est que la banque centrale est une escroquerie. C’est un mécanisme par lequel les politiciens trompent le bon peuple avec une fiscalité inflationniste.”

Author

  • Ivan came across the topic of cryptocurrencies in early 2016 and, as an author and enthusiast, has been intensively involved with the topics of cryptocurrencies, blockchain and STOs ever since.

error: Alert: Content is protected !!